Les abeilles et les hommes

Le 13 mars 2020 à 19 h 30
Maison des Associations
4, rue Jules Ferry à Chalon-sur-Saône.

Animée par le Docteur Yves RONDELET, ancien Professeur au lycée La Colombière. Il est apiculteur et Président de l’ONG Apiculteurs sans frontières. Docteur en géographie, il travaille sur des aménagements de territoires favorables aux abeilles et autres pollinisateurs.

Pendant des millénaires, les hommes ont consommé du miel comme source d’énergie et pour se soigner, et ont utilisé la propolis pour ses vertus antiseptiques. Après une période de moindre utilisation liée à l’arrivée des médicaments, nous redécouvrons depuis une vingtaine d’années les extraordinaires pouvoirs de produits de la ruche (propolis, miel, gelée royale, pollen mais aussi venin d’abeille, etc.).

Peut-on sauver les abeilles ?
Interview du Docteur Yves RONDELET

Quel constat peut-on dresser aujourd’hui quant à la disparition des abeilles ?

« Le constat est accablant pour les apiculteurs : des pertes de colonies situées chaque année autour de 30 % du cheptel et souvent beaucoup plus. Beaucoup de particuliers font cette remarque : “On ne voit plus d’abeilles”. Pour les arboriculteurs, la pollinisation n’est plus assurée aussi bien que par le passé… On verra que les chiffres sont inquiétants, surtout pour l’avenir, y compris celui de notre gastronomie bourguignonne ! »

Quelles sont les causes essentielles et reconnues de cette hécatombe ?

« On verra aussi que cette situation est imputable aux évolutions récentes de l’empreinte de l’Homme sur l’espace géographique aux différentes échelles, depuis la simple parcelle de céréales, de pré, de forêt, jusqu’à la planète-monde. Le phénomène se généralise très rapidement. »

Des solutions sont-elles encore possibles pour limiter, voire éradiquer la disparition des pollinisateurs ?

« La grande question à se poser c’est : “Qui peut quoi ?” La colonie d’abeilles nous montre la voie : une ouvrière, seule, ne peut presque rien. La ruche entière, en action, réalise des prodiges (dont certains, indispensables pour la nature tout entière et pour l’économie des humains). Et elle le fait dans une mobilisation générale et l’unité d’action. Un exemple à suivre ! »

Entrée : 5 € / adhérents : 3€
Il est possible de prendre votre adhésion sur place.

Comment venir à la Maison des Associations ?
Voir le plan sur Google Maps : Maison des Associations

error: Content is protected !!