Covid19

VIRUS

Définition : agents infectieux qui ne peut se répliquer qu’en pénétrant dans une cellule (humaine, animale , végétale , bactérienne) et en utilisant la machinerie cellulaire de ce dernier. Taille de l’ordre de centaine de nanomètre (milliardième de m) il n’est pas visible au microscope optique.
Par comparaison une bactérie mesure 1 à 2 microns (millionième de m), un globule rouge 7 microns, un globule blanc 12 microns

Caractéristique :

  • un seul type d’acide nucléique ADN ou ARN
  • se reproduise par l’intermédiaire de leur matériel nucléique par réplication
  • parasitisme intracellulaire obligatoire : spécifique d’espèce

Structure :

  • Génome (ARN ou ADN selon le type de virus) entourée d’une capside (capsa en grec = boite) de forme géométrique. Certains virus ont une enveloppe qui provient de la membrane cytoplasmique ou nucléaire de la cellule infectée. Les virus enveloppés sont plus fragiles que les virus dit nus. Les Coronavirus sont des virus enveloppés donc fragiles, sensibles à la chaleur et à la dessiccation.
  • Leur développement est favorisé par un milieu froid et humide.

Reproduction :

Le virus est un parasite obligatoire d’un type de cellule qui lui est spécifique. Le temps de survie en dehors de la cellule est limité surtout si c’est un virus enveloppé. Il se fixe sur la cellule par des récepteurs et lui injecte son matériel génétique ARN ou ADN. Il utilise le métabolisme de la cellule hôte : le génome est répliqué en grande quantité puis le matériel nécessaire à sa capside est fabriqué par la cellule hôte. Il y a assemblage des différents constituants puis la cellule hôte meurt en libérant les virus formés ; ceux ci vont infectés les autres cellules voisines

Transmission interhumaine

Par des gouttelettes de salive ou des poussières Par contact rapproché par voie aérienne essentiellement sa survie est favorisée si l’air est humide et froid.

FAMILLE DES CORONAVIRUS

Virus à couronne (en microcopie électronique) dont certains peuvent infecter les humains en donnant des symptômes bénins à type de rhume.
Les Coronavirus sont la cause de 15 à 30 % des rhumes courants. Il existe 5000 types de Coronavirus Taille 60 à 140 nm. Gros virus à ARN, son génome fait 3 fois la taille de celui de l’hépatite C ou de la Dengue. Virus enveloppé. On les rencontre surtout chez les Chauve-souris et les oiseaux. Spécifiques d’espèces mais peuvent changer d’hôte par mutation.

Trois épidémies :

  • SARS-Cov en 2003 2004 qui donne le SRAS syndrome respiratoire aigus démarrage en Chine, 8000 cas 9OO morts
  • MERS-COV en 2012 Syndrome respiratoire du Moyen Orient apparaît en Arabie Saoudite, 35% de létalité
  • SARS-COV 2 qui donne la maladie Covid19 apparue en décembre 2019

COVID-19

Diagnostic au laboratoire

  • Test RT PCR : test d’amplification génique. Recherche du virus par écouvillonnage nasal. A pratiquer 1 à 7 jours après l’apparition des symptômes. Phase aiguë pour confirmer le diagnostic posé par le médecin
  • Test sérologique : dosage des AC (anticorps) dans le sang. A pratiquer la deuxième semaine après l’apparition des signes cliniques. Pas synonyme de protection.

Epidémiologie

Virus identifié en Chine en décembre 2019 ;
Délai d’incubation 14 jours maximum
Transmission interhumaine essentiellement par voie respiratoire dans le cadre d’un contact rapproché et prolongé

LES ENFANTS NE SONT PAS CONTAGIEUX

Professeur Nicole DELEPINE

Mise en place du confinement en France le 17 mars, dé-confinement partiel le 11 mai 2020

CAT (Conduite A Tenir) en cas d’épidémie, il faut stopper la transmission de l’agent infectieux, des protocoles sont présents dans tous les établissements de Santé, organisés par les équipes opérationnelles d’hygiène présentes dans tous les Etablissement de Santé. Elles sont constituées de PH (Praticien Hospitalier) Hygiénistes, Médecins ou Pharmaciens qui ont une spécialisation en Hygiène Hospitalière ainsi que des infirmières et techniciens hygiénistes.

  • détection isolement traitement des cas
  • protection du personnel soignant : masques si transmission aérienne, port de gants, charlotte, sur blouses, lavage des mains et gel hydroalcoolique
  • enquête épidémiologique

Des mesures radicalement opposées ont été prises sciemment

Recommandations de l’OMS

  • pas de fermeture des frontières
  • pas de masques
  • pas de traitement à l’hydroxychloroquine, aux antibiotiques….

Recommandations officielles

  • les malades atteints ou susceptibles d’être atteints du Covid doivent rester chez eux et prendre du doliprane, en cas de difficultés respiratoires appeler le 15.

Maintenant les chiffres parlent : La politique sanitaire se mesure aux nombres de morts par millions d’habitants.

MORTALITE par millions d’habitants (CNews 24/05/20)

Pays ayant adoptés la Stratégie du confinement :

Belgique 810
Espagne 600
Royaume Uni 552
Italie 542
France 421
Irlande 327
Etats Unis 294 (8ème place)

Pays ayant adoptés la Stratégie de l’immunité collective :
((fermeture uniquement des lycées, musés, rassemblement supérieur à 50
personnes, depuis 31 mars visite interdite dans les maisons de retraite,
déplacement en voiture inférieur à 2 h, Vols internationaux indispensables )

Suède 390
Pays Bas 337

pays ayant adopté la Stratégie du dépistage, isolement, traitement port de masque

Allemagne 99

Pays ayant adopté la Stratégie du confinement avec distribution gratuite d’hydroxychloroquine

Maroc (très peu de morts) idem en Grèce

En France confinement strict depuis le 17 mars 2020.

C’est dans les pays qui on choisi le confinement qu’il y a eu le plus de morts :

La France est un des pays les plus touchés 421 décès /million d’habitants (2 fois plus qu’aux USA 4 fois plus qu’en Allemagne (99 morts / millions d’habitants) en Grèce 12 morts/ millions d’habitants. Ces pays ont utilisés l’hydroxychloroquine pour traiter leurs malades en début d’infection.

En France il y avait au début de l’épidémie 5000 lits de réanimation contre 8000 en Allemagne. La mortalité liée à ce virus est limitée lorsque l’épidémie est traitée très tôt, elle est plus faible dans les pays pauvres d’Afrique qu’en Europe de l’ouest.

Ces chiffres nous prouvent que la dangerosité ne vient pas du virus mais de la façon dont la crise a été gérée.


Ce qui s’est passé dans les EHPAD (Prés de la moitié des morts du coronavirus en France)

  • depuis le 17 mars confinement : parfois une semaine avant la date de confinement officielle avec interdiction de visite ce qui dans les faits veut dire pas de famille, pas d’activités, pas de kiné, suppression des offices religieux, repas en chambre… . La seule distraction c’est la télévision avec en boucle : le Covid avec son nombre de morts, le non droit aux soins pour les personnes âgées. Dans la réalité cela veut dire que des personnes âgées sont mortes sans soin (le doliprane n’est pas un soin, le manque d’effectif est une maltraitance en soi pour les résidents et pour le personnel oignant), seules, sans la présence d’un proche, sans le soutien de la religion puisque les prêtres étaient également interdit d’accès. Même les condamnés à mort ont le droit de revoir leur proche et d’avoir un soutien religieux s’ils e souhaitent. Pas nos vieux !
  • décret du 28 mars 2020 : permet aux médecins d’administrer en ville et dans les EHPAD aux patients atteints de Covid 19 ou susceptibles de l’être, de plus de 70 ans, du Rivotril sous forme injectable. Il s’agit d’un puissant sédatif dont l’utilisation est contre-indiquée chez les patients souffrant d’insuffisance respiratoire. C’est donc un protocole de fin de vie accessible à tout médecin sans autre procédure qu’une prescription par ordonnance : pas de recueil de consentement du patient ni des proches ni de collégialité dans la décision médicale. Je vous rappelle que les patients susceptibles d’avoir le Covid peuvent aussi avoir une infection bactérienne guérissable sous antibiothérapie. L’application de ce décret allait jusqu’au 15/04/2020. Voulait-on tester la réaction de l’opinion publique devant cet acte qui pour moi est un acte d’euthanasie ???
  • Médecins ont été privés du droit de soigner et nous d’être soignés. Je vous rappelle qu’un médecin généraliste ne peut pas vous prescrire d’hydroxychloroquine à l’heure actuelle en ville seuls les rhumatologues sont autorisés. Les médecins qui prescrivent des antibiotiques subissent les tracasseries de l’assurance maladie. Il faut savoir que certains antibiotiques ont également une action antivirale. On peut contester un décret qui interdit à un médecin traitant d’utiliser un médicament quand il le juge utile, en son âme et conscience et en fonction de ses connaissances médicales et des avancées de la science. Surtout un médicament utilisé depuis si longtemps, en vente libre c’est à dire sans prescription médicale jusqu’en janvier 2020. C’est un non sens et une atteinte à l’honneur de ces médecins. Le laboratoire Sanofi a annoncé qu’il avait augmenté ses cadences de production et qu’il disposait de 100 millions de boites pour couvrir les éventuelles commandes de toute l’Europe

Quant au futur vaccin annoncé, on peut être sceptique sur son efficacité et son utilité : il s’agit d’un virus qui mute facilement comme celui de la grippe, les enfants n’étant pas atteints, il est inutile de les vacciner.

Je rappelle que la vaccination est un acte médical qui doit être réalisé par le médecin traitant qui connaît son patient et ses antécédents. Comme pour les médicaments ils ont des effets indésirables qui peuvent être graves. La balance bénéfice/risque doit être étudié pour chacun, et chacun doit être libre de le refuser ou de l’accepter.

La fabrication des vaccins antiviraux est complexe, elle se fait sur matériel vivant (des cellules )

Un vaccin contient des excipients divers pour :

  • prévenir la contamination : antibiotiques ..
  • adjuvant pour stimuler la réponse du système immunitaire : sels d’aluminium
  • stabilisateur pour assurer la conservation pendant le transport et le stockage
  • résidus de fabrication : cellules ou résidus cellulaires,
  • agents nécessaires pour tuer le virus (formaldéhyde … ),

Des mesures incohérentes et contre productives ont été prise pendant cette crise :

  • refus de fermer les frontières
  • inutilité des masques
  • lenteur à organiser le dépistage
  • confinement de personnes saines avec gens malades
  • hydroxychloroquine classée comme substance vénéneuse depuis
  • le 13/01/20. Depuis hier, 26 mai, interdite d’utilisation même à l’hôpital
  • Rivotril pour personnes âgées
  • Facilités d’installation des antennes de 5G
  • Dépistage à la fin de l’épidémie avec suppression du secret médical
  • Tracking covid 19
  • Loi Avia surveillance internet
  • Recommandations aux personnels enseignants


Le pouvoir politique continue à communiquer et agir comme si l’épidémie continuait à représenter un danger majeur pour le pays et à voter des lois liberticides .


Véronique MENOUNI
Médecin Biologiste spécialisée en Bactériologie et Virologie clinique,
Parasitologie et Hygiène hospitalière

error: Content is protected !!